Blog de Minucci Tech

De l'information et des conseils pour développer votre clientèle !

Avocat Collaborateur | L’indispensable clientèle personnelle

Ecrit par David Minucci le 15 mars 2018

En sortant de l’école des Avocats, vous avez fait le choix de devenir Avocat collaborateur, et vous vous êtes fixé un objectif (officieux ou officiel) : devenir associé ou vous installer dans les 5 ans. Bel objectif ! Malheureusement, la réalité ne colle pas toujours avec nos rêves et au bout de 5 ans de barreau, vous êtes Collaborateur et vous réalisez que vous n’avez pas une clientèle propre suffisante soit pour partir, soit pour envisager une association au sein même ou à l’extérieur du cabinet qui vous emploie.

Il faut du temps pour développer

Ce qui fait peur et dissuade bon nombre d’Avocats de s’installer, ce sont les finances. Votre statut d’Avocat Collaborateur a un avantage, c’est que vous êtes déjà à votre compte. Inutile de vous lancer, vous l’avez déjà fait. Il suffit juste de développer votre clientèle personnelle pour couvrir vos charges professionnelles et personnelles avant de vous installer.

En général, à ce moment précis, vous me dites que votre Boss vous submerge littéralement de travail. Vous n’avez simplement pas le temps de développer. Je ne peux que vous rappeler que tout travail mérite salaire et qu’en fonction des clauses de votre contrat de collaboration, vous n’avez pas « d’horaires » de travail.

D’ailleurs, que votre objectif soit de vous installer ou soit de vous associer au sein du cabinet qui recours à vos services, dans les deux cas une clientèle personnelle est un prérequis. Pourquoi vous associer si vous n’avez pas démontré votre faculté à développer une clientèle ? Sauf dans de rares cas, on vous proposera une association si vous apportez quelque chose à la structure, pas par charité.

Le nerf de la guerre : les finances

En tant qu’Avocat Collaborateur, vous touchez chaque mois pour votre travail entre 2.000,00 et 5.000,00€ brut. Parfait, maintenant il faut déduire vos charges, qui ne sont pas exorbitantes, puisque vous n’avez pas de local, de photocopieur, d’électricité à payer, etc… En général, vous pouvez retirer 35% de charges et impôts (impôt sur le revenu non inclus). Pour cela on réalise l’opération suivante :

2.000,00€ (brut) x 0,65 = 1.300,00 net mensuel.

5.000,00€ (brut) x 0,65 = 3.250,00€ net mensuel.

Attention, je ne suis pas comptable, rapprochez-vous de votre expert-comptable pour avoir les chiffres exacts. Je suis volontairement imprécis.

 

Maintenant que vous avez votre net mensuel, il faut calculer le nombre d’heures hebdomadaires durant lesquelles vous travaillez pour le cabinet et donc pas pour vous. En général, vous êtes entre 35 et 45 heures par semaine soit respectivement entre 140 et 225 heures par mois dédiées au cabinet.

 

La réalité des chiffres

Imaginons que vous touchiez 3.000,00€ brut par mois, auxquels on retire 35%, soit 1.950,00€ net dans votre poche.

Si vous travaillez 140 heures par mois, 35 heures par semaine, votre coût horaire est de 14€/heure net soit 21€/heure brut.

Si vous travaillez 180 heures par mois, 45 heures par semaine, votre coût horaire « net » est de 11€/heure soit 17€/heure brut.

Ce qui est moins que la moyenne des cadres en France, qui se situe selon l’INSEE à 34€ brut de l’heure.

 

Conclusion

Vous avez en main l’argumentation parfaite pour obtenir plus de temps pour développer votre clientèle. Ne demandez pas une augmentation, développer votre clientèle et partez ou exigez une association à moyen terme. C’est la vocation même du statut d’Avocat Collaborateur : Vous aider à démarrer le temps de constituer votre propre clientèle.

 

 

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Sorry that something went wrong, repeat again!